Ir al contenido principal

Je suis Argile de la Création

Comme une bonne partie des terres du Québec, la région de Notre-Dame-de La Salette repose sur de l'argile grise (l'argile sensible du Québec) qui se liquéfie facilement au contact de l'eau. Cette région a connu de nombreux glissements de terrain. Pas étonnant qu'un des grands lacs de la région s'appelle le "Lac de l'Argile".

L'argile dont il est question dans la Bible est celle qui, mêlée de sable ou de calcaire, peut être façonnée par les potiers. Elle compare le Dieu créateur au potier et l'homme à un vase d'argile. Le mot "Adam" désigne le genre humain qui a été créé par Dieu "homme et femme"; le premier récit de la création fait le rapprochement entre ce nom (Adam) et le sol glaiseux : l'origine de l'humain est donc la glaise du sol (Gn 2,7).

La terre d'argile est employée pour tourner, pour façonner le vase,
mais c'est de son vide que dépend son usage ...

Des bois fins, secs et choisis ont participé à la construction du violon, du violoncelle,
mais c'est leur vide qui permet à la musique de résonner, de s'envoler entre soupirs, pauses et silences.

Cherche au fond de toi les espaces de vide, les espaces de silence, les espaces d'envie qui te permettront de remplir ta vie. (Jean Humenry)

Nous ne sommes pas séparés du silence, comme nous le croyons parfois, par le bruit dehors, mais uniquement par le bruit dedans. Le contraire du silence n'est pas le bruit, mais tout ce qui nous sépare de nous-mêmes, car ce n'est jamais le silence que j'entends, je m'écoute entendre le silence. (Christiane Singer)

Ma tête soliloque sous la semelle de mes bottes/
Quand elles se frottent au pavé des ruelles/
On m'a dit que le doute, c'est le Bon Dieu qui clignote/
Ma foi est fébrile comme une chandelle/
La foule est ventriloque, à couvert on chuchote/
C'est dans la pénombre que la lumière est belle. (Fred Pellerin)

Je suis de Glaise, Tu es de Souffle.
Je suis de Cendres, Tu es de Braises.
Je suis de miettes, Tu es de Pain.
Je suis de Larmes, Tu es de Sources.
Je suis d'Impasses, Tu es de Chemins.
Je suis d'Absences, Tu es de Veilles.
Je suis de Houle, Tu es de Paix.
Viens rouler la Pierre, De mes enfermements.
Que ta vie, enfin, Traverse de Toi à Moi. (Francine Carrillo, Revue Prier)


(Textes ramassés par Philippe de Gatineau)

Comentarios

Entradas populares de este blog

Es mejor ser un cojo en el camino que un buen corredor fuera de él

Camina continuamente, avanza sin parar; no te pares en el camino, no retrocedas, no te desvíes. El que se para no avanza. El que añora el pasado vuelve la espalda a la meta. El que se desvía pierde la esperanza de llegar. Es mejor ser un cojo en el camino que un buen corredor fuera de él. 
San Agustín de Hipona (Sermón 169, 18)


Enséñame, Señor, tus caminos

Son tantos los lugares recorridos
y tantos los sueños tenidos
creyendo y afirmando
que no hay más caminos
que aquellos que marca el caminante,
que hoy mi palabra duda y teme alzarse.

Pero desde este lugar en que me encuentro,
a veces sin rumbo y perdido,
a veces cansado y roto,
a veces triste y desilusionado,
a veces como al inicio,
te susurro y suplico:

Enséñame, Señor, tus caminos;
tus caminos verdaderos,
tus caminos desvelados y ofrecidos,
seguros, limpios y fraternos,
tus caminos de gracia, brisa y vida,
tus caminos más queridos,
tus caminos de "obligado cumplimiento",
tus caminos a contracorriente
de lo que que más propaganda ofrece,
que se recorren en compañía
y nos dejan a la puerta de tu casa solariega.

Llévame por tus avenidas de paz y justicia,
por tus rotondas solidarias y humanas,
por tus autopistas de libertad y dignidad,
por tus cañadas de austeridad y pobreza,
por tus sendas de utopía y novedad,
y si es preciso, campo a través siguiendo tus huellas
y por la c…

Je suis Terre Fertile

Je suis Terre Fertile

"Le Seigneur prépare pour tous les peuples sur cette montagne, un festin de viandes grasses, un festin de bons vins" (Isaïe 25,6)

Je vous invite à ne pas partir que pour mieux rentrer en vous-mêmes. Et si même vous ne partez pas, il est possible de trouver votre terre intérieure. Qui que vous soyez, quelle que soit votre peine ou votre solitude, il y a des instants heureux pour vous : des chemins, des ruisseaux, des quartiers de votre ville, la mer qui invite à la sérénité, la montagne qui dit : "redresse-toi".   (Jean Sulivan)

Je regarde, j'écoute, je goûte et je célèbre la nature en dehors de toute notion du temps. C'est comme se laisser traverser par le temps, lâcher prise; ici, rien ne m'oblige à maîtriser le temps. Humer ces bouffées de grâce en revenant au plaisir de l'essentiel; j'aime d'être... C'est dans la contemplation et le silence que j'avance dans ma quête spirituelle et dans mon parcours vers la simp…