Ir al contenido principal

La marche nettoie la cervelle et rend gai (Samivel)

À l'occasion de la création du Parc National de la Vanoise en 1963, Samivel, peintre et poète montagnard de renom établissait les "commandements" de la Vanoise ... :
"Le Parc National protège contre l'ignorance et le vandalisme
des biens et des beautés qui appartiennent à tous.
Les défenseurs de la vie sont les amis du Parc National,
les amis du progrès et de la paix sont les amis du Parc National,
les sportifs, les artistes et les savants sont les amis du Parc National.

Voici l'espace. Voici l'air pur. Voici le silence.
Le royaume des aurores intactes et des bêtes naïves
Tout ce qui vous manque dans les villes
est ici préservé pour votre joie.
Eaux libres : hommes libres
Ici commence le pays de la liberté,
la liberté de se bien conduire.

Les inconscients ne respectent pas la nature.
Ils croient se grandir en la poluant
et ne savent pas qu’elle se venge.
Puisez dans le trésor des hauteurs
mais qu’il brille après vous pour tous les autres.
La faiblesse a peur des grands espaces.
La sottise a peur du silence.
Ouvrez vos yeux et vos oreilles. Fermez vos transistors.
Pas de bruit, pas de cris, pas de moteurs, pas de klaxons.
Ecoutez les musiques de la montagne.
Les vraies merveilles ne coûtent pas un centime.La marche nettoie la cervelle et rend gai.
Enterrez vos soucis, et vos boîtes de conserve.
Un visiteur intelligent ne laisse aucune trace de son passage,
ni inscriptions, ni destructions, ni désordre, ni déchets.
Les papiers gras sont les cartes de visites des mufles.
Récoltez de beaux souvenirs mais ne cueillez pas les fleurs.
N’arrachez surtout pas les plantes, il pousserait des pierres.
Il faut beaucoup de brins d’herbes pour tisser un homme.
Ravageur de forêt : mauvais citoyen.

Qui détruit le nid, vide le ciel, rend la terre stérile
Ennemi des bêtes: ennemi de la vie, ennemi de l’avenir.
Oiseaux, marmottes, hermines, chamois, bouquetins
et tout le petit peuple de poil et de plume,
ont besoin désormais de votre amitié pour survivre.
Déclarez la paix aux animaux timides,
ne les troublez pas dans leurs affaires,
afin que les printemps futurs
réjouissent encore vos enfants.
Défense ici de chasser, sauf aux images.

N’allumez pas de feux au hasard, ne campez pas n’importe où,
certains gestes irréfléchis peuvent tout compromettre.
Le Parc National c’est le grand jardin des français
et c’est aussi votre héritage personnel.
Acceptez consciemment et de bon coeur,
ses disciplines et gardez-le vous-même
contre le vandalisme et l’ignorance.”
Samivel ( 1907-1992)

Comentarios

Entradas populares de este blog

Enséñame, Señor, tus caminos

Son tantos los lugares recorridos
y tantos los sueños tenidos
creyendo y afirmando
que no hay más caminos
que aquellos que marca el caminante,
que hoy mi palabra duda y teme alzarse.

Pero desde este lugar en que me encuentro,
a veces sin rumbo y perdido,
a veces cansado y roto,
a veces triste y desilusionado,
a veces como al inicio,
te susurro y suplico:

Enséñame, Señor, tus caminos;
tus caminos verdaderos,
tus caminos desvelados y ofrecidos,
seguros, limpios y fraternos,
tus caminos de gracia, brisa y vida,
tus caminos más queridos,
tus caminos de "obligado cumplimiento",
tus caminos a contracorriente
de lo que que más propaganda ofrece,
que se recorren en compañía
y nos dejan a la puerta de tu casa solariega.

Llévame por tus avenidas de paz y justicia,
por tus rotondas solidarias y humanas,
por tus autopistas de libertad y dignidad,
por tus cañadas de austeridad y pobreza,
por tus sendas de utopía y novedad,
y si es preciso, campo a través siguiendo tus huellas
y por la c…

Es mejor ser un cojo en el camino que un buen corredor fuera de él

Camina continuamente, avanza sin parar; no te pares en el camino, no retrocedas, no te desvíes. El que se para no avanza. El que añora el pasado vuelve la espalda a la meta. El que se desvía pierde la esperanza de llegar. Es mejor ser un cojo en el camino que un buen corredor fuera de él. 
San Agustín de Hipona (Sermón 169, 18)


Je suis Terre Fertile

Je suis Terre Fertile

"Le Seigneur prépare pour tous les peuples sur cette montagne, un festin de viandes grasses, un festin de bons vins" (Isaïe 25,6)

Je vous invite à ne pas partir que pour mieux rentrer en vous-mêmes. Et si même vous ne partez pas, il est possible de trouver votre terre intérieure. Qui que vous soyez, quelle que soit votre peine ou votre solitude, il y a des instants heureux pour vous : des chemins, des ruisseaux, des quartiers de votre ville, la mer qui invite à la sérénité, la montagne qui dit : "redresse-toi".   (Jean Sulivan)

Je regarde, j'écoute, je goûte et je célèbre la nature en dehors de toute notion du temps. C'est comme se laisser traverser par le temps, lâcher prise; ici, rien ne m'oblige à maîtriser le temps. Humer ces bouffées de grâce en revenant au plaisir de l'essentiel; j'aime d'être... C'est dans la contemplation et le silence que j'avance dans ma quête spirituelle et dans mon parcours vers la simp…