Ir al contenido principal

Je suis Sentier

Les pieds pèlerins, purifiés par le feu des pas d'amour, se sont reliés entre eux par un fil de lumière visible que du ciel. (Ginette Phaneuf, Pèlerinage Terre et Mer)

S'il y a un salut, c'est dans la marche toujours plus avant. C'est une grande chose de ne pas savoir où reposer sa tête, si l'on porte au cœur la foi au Monde. (Teilhard de Chardin)

Puisse la route venir à ta rencontre,                  May the road rise to meet you,
Le vent être de ton côté,                                     May the wind be always at your back,
Le soleil te réchauffer doucement,                     May the sun shine warm upon your face,
Les pluies nourrir tes champs,                           May the rains fall soft upon your fields,
Et, jusqu'à ce qu'on se revoie,                              And, until we meet again,
Que ceux qui t'aiment là-haut veillent sur toi.  May God hold you in the hollow of His hand.
(Bénédiction irlandaise traditionnelle)                     (Traditional Irish blessing)

Réflexion Se mettre en route
Se mettre en route, c'est quitter l'immobilisme qui nous fige, c'est entrer en mouvement et mobiliser toutes ses énergies, celles du corps et celles du cœur, pour tendre vers un même but.

Se mettre en route, c'est créer l'harmonie entre les yeux et le regard, entre l'oreille et le son, entre les lèvres et la parole, c'est passer de la nuit à la lumière.

Se mettre en route, c'est choisir une direction et c'est partir ensemble afin de vivre, de vivre les retrouvailles, de vivre la rencontre.

Se mettre en route, c'est ne plus être seul, car c'est tout un peuple qui se met en mouvement, c'est tout un peuple qui se met en marche, c'est tout un peuple qui est en espérance, en attente d'une promesse inouïe.

Se mettre en route, c'est notre affaire, il y va de notre vie, de notre avenir. Oui, se mettre en route, c'est vraiment l'histoire d'un peuple. (Robert Ribert)

Réflexion Ô compagnon de voyage
Marcher, c'est te rencontrer, à chaque instant, ô Compagnon de voyage!
C'est chanter au bruit de tes pas !
Celui que ton souffle a touché ne vogue pas à l'abri du rivage. Il déploie au vent une voile agitée et navigue sur une eau tumultueuse.
Celui qui ouvre toute grande sa porte et en franchit le seuil reçoit ta salutation.
Il ne reste point à compter son gain ou s'apitoyer sur ses pertes; les battements de son cœur scandent sa marche; car tu chemines avec lui pas à pas, ô Compagnon de voyage ! (Tagore)

(Textes ramassés par Philippe de Gatineau)

Comentarios

Entradas populares de este blog

Enséñame, Señor, tus caminos

Son tantos los lugares recorridos
y tantos los sueños tenidos
creyendo y afirmando
que no hay más caminos
que aquellos que marca el caminante,
que hoy mi palabra duda y teme alzarse.

Pero desde este lugar en que me encuentro,
a veces sin rumbo y perdido,
a veces cansado y roto,
a veces triste y desilusionado,
a veces como al inicio,
te susurro y suplico:

Enséñame, Señor, tus caminos;
tus caminos verdaderos,
tus caminos desvelados y ofrecidos,
seguros, limpios y fraternos,
tus caminos de gracia, brisa y vida,
tus caminos más queridos,
tus caminos de "obligado cumplimiento",
tus caminos a contracorriente
de lo que que más propaganda ofrece,
que se recorren en compañía
y nos dejan a la puerta de tu casa solariega.

Llévame por tus avenidas de paz y justicia,
por tus rotondas solidarias y humanas,
por tus autopistas de libertad y dignidad,
por tus cañadas de austeridad y pobreza,
por tus sendas de utopía y novedad,
y si es preciso, campo a través siguiendo tus huellas
y por la c…

Es mejor ser un cojo en el camino que un buen corredor fuera de él

Camina continuamente, avanza sin parar; no te pares en el camino, no retrocedas, no te desvíes. El que se para no avanza. El que añora el pasado vuelve la espalda a la meta. El que se desvía pierde la esperanza de llegar. Es mejor ser un cojo en el camino que un buen corredor fuera de él. 
San Agustín de Hipona (Sermón 169, 18)


Je suis Terre Fertile

Je suis Terre Fertile

"Le Seigneur prépare pour tous les peuples sur cette montagne, un festin de viandes grasses, un festin de bons vins" (Isaïe 25,6)

Je vous invite à ne pas partir que pour mieux rentrer en vous-mêmes. Et si même vous ne partez pas, il est possible de trouver votre terre intérieure. Qui que vous soyez, quelle que soit votre peine ou votre solitude, il y a des instants heureux pour vous : des chemins, des ruisseaux, des quartiers de votre ville, la mer qui invite à la sérénité, la montagne qui dit : "redresse-toi".   (Jean Sulivan)

Je regarde, j'écoute, je goûte et je célèbre la nature en dehors de toute notion du temps. C'est comme se laisser traverser par le temps, lâcher prise; ici, rien ne m'oblige à maîtriser le temps. Humer ces bouffées de grâce en revenant au plaisir de l'essentiel; j'aime d'être... C'est dans la contemplation et le silence que j'avance dans ma quête spirituelle et dans mon parcours vers la simp…