Ir al contenido principal

Je suis Arbre, je suis Forêt

Je suis arbre, je suis forêt.


L'arbre est le symbole de la puissance, de la grandeur de personne humaine, d'un peuple, d'une ville, du Royaume de Dieu.

Le thème de l'arbre appartient d'abord à l'imaginaire du paradis, lieu de bonheur planté d'arbres aux fruits savoureux.

Heureux l'homme qui se plaît dans la loi du Seigneur... Il est comme un arbre planté auprès des cours d'eau: ... jamais son feuillage ne sèche. (Psaume 1)

Pourquoi t'échappes-tu sans cesse dans la forêt ?
Je cherche Dieu, dit l'enfant.
Mais, dit le père, Dieu n'est-il partout ? Dieu n'est-il partout le même ?
Oui, dit l'enfant, Dieu est partout le même. Mais moi, je ne suis pas le même partout. 
(Rabbi Yaakou-Vitzhak)

N'oublions pas que ce n'est pas la longueur de ses branches, mais la profondeur et la santé de ses racines qui font la vigueur d'un arbre. (Gustave Thibon)

Devenir des arbres qui existent silencieusement dans l'obscurité et qui par leur présence vitale purifient l'air. (Thomas Merton)

Lorsqu'on regarde les arbres, ils se mettent à parler. ... À travers la floraison de la vie, la maturité de l'été, les fruits de l'automne et le déclin de l'hiver, l'arbre raconte le mystère de la vie. (Jean-Paul II)

Vous avez l'hiver et le printemps, vous êtes l'arbre en sommeil et en fleurs; jouez pour Dieu des branches et du vent. Jouez pour Dieu des racines cachées. (Patrice de la Tour du Pin)

C'est le travail souterrain des racines qui donne au tronc de s'élever vers le ciel et de grandir vers la lumière. (Arnaud Favart)


(Textes ramassés par Philippe de Gatineau)

Comentarios

Entradas populares de este blog

Enséñame, Señor, tus caminos

Son tantos los lugares recorridos
y tantos los sueños tenidos
creyendo y afirmando
que no hay más caminos
que aquellos que marca el caminante,
que hoy mi palabra duda y teme alzarse.

Pero desde este lugar en que me encuentro,
a veces sin rumbo y perdido,
a veces cansado y roto,
a veces triste y desilusionado,
a veces como al inicio,
te susurro y suplico:

Enséñame, Señor, tus caminos;
tus caminos verdaderos,
tus caminos desvelados y ofrecidos,
seguros, limpios y fraternos,
tus caminos de gracia, brisa y vida,
tus caminos más queridos,
tus caminos de "obligado cumplimiento",
tus caminos a contracorriente
de lo que que más propaganda ofrece,
que se recorren en compañía
y nos dejan a la puerta de tu casa solariega.

Llévame por tus avenidas de paz y justicia,
por tus rotondas solidarias y humanas,
por tus autopistas de libertad y dignidad,
por tus cañadas de austeridad y pobreza,
por tus sendas de utopía y novedad,
y si es preciso, campo a través siguiendo tus huellas
y por la c…

Es mejor ser un cojo en el camino que un buen corredor fuera de él

Camina continuamente, avanza sin parar; no te pares en el camino, no retrocedas, no te desvíes. El que se para no avanza. El que añora el pasado vuelve la espalda a la meta. El que se desvía pierde la esperanza de llegar. Es mejor ser un cojo en el camino que un buen corredor fuera de él. 
San Agustín de Hipona (Sermón 169, 18)


Je suis Terre Fertile

Je suis Terre Fertile

"Le Seigneur prépare pour tous les peuples sur cette montagne, un festin de viandes grasses, un festin de bons vins" (Isaïe 25,6)

Je vous invite à ne pas partir que pour mieux rentrer en vous-mêmes. Et si même vous ne partez pas, il est possible de trouver votre terre intérieure. Qui que vous soyez, quelle que soit votre peine ou votre solitude, il y a des instants heureux pour vous : des chemins, des ruisseaux, des quartiers de votre ville, la mer qui invite à la sérénité, la montagne qui dit : "redresse-toi".   (Jean Sulivan)

Je regarde, j'écoute, je goûte et je célèbre la nature en dehors de toute notion du temps. C'est comme se laisser traverser par le temps, lâcher prise; ici, rien ne m'oblige à maîtriser le temps. Humer ces bouffées de grâce en revenant au plaisir de l'essentiel; j'aime d'être... C'est dans la contemplation et le silence que j'avance dans ma quête spirituelle et dans mon parcours vers la simp…