Ir al contenido principal

La marche c'est embrasser la vie, c'est une grande ondée de lumière !


Réflexions après une marche-pèlerinage :

Céliane Mimeault de Mont-Louis nous partage ses réflexions après avoir participé au pèlerinage Terre et Mer de Gaspésie-Les Îles en 2015. Cette belle aventure a rassemblé sur le côté nord de la Gaspésie plus de 150 participants-es venant de plusieurs régions du Québec et d'autres régions du Canada.

«Après sept ans (2009 à 2015) de pèlerinage en Gaspésie Les Îles, l'intensité d'une telle aventure transforme encore et même plus, ma vie. Je mets beaucoup d'efforts physiques, mais le plus important, c'est le rayonnement de toute ma démarche spirituelle dans ma vie de tous les jours. Il me reste à prendre le chemin qui mène au détachement de soi et de récolter les bienfaits dans la joie. Les rencontres avec les pèlerins badigeonnent ma vie de petits bonheurs et furtivement s'infiltrent toute l'année durant. Le silence en pleine nature et les conversations avec mon être de lumière m'invitent à siffloter ma joie d'être et mon espérance. »
 
La route nous influence pour comprendre notre destination :

 La route, ce sont tous les parfums changeants à chaque pas et se mélangeant les uns aux autres pour nous réconforter ;...

 La route, c’est une explosion de couleurs, d’odeur saline, du soleil embrassant le ciel qui nous ramène au pouvoir de l’authenticité ;


 La route, c’est la nature qui transcende avec sa beauté curative ;
La route, c’est une mélodie si belle qui nous emporte loin encore plus loin dans notre certitude de vivre dans la joie ; 


La route, c'est une invitation à la délivrance des douleurs et des tourments petits et grands et à ouvrir son cœur et son âme pour découvrir que le bonheur est en soi ;


 La route avec celui que j’appelle mon guide silencieux, mon rayon de lumière, mon point d’ancrage, mon fidèle compagnon, celui qui par sa musique danse avec moi et gonfle mon cœur de son amour.

Je n’ai pas encore terminé ma route. Je sais que je ferai sourire le Seigneur, si je continue à butiner au quotidien, à flotter dans l’étonnement, à planer dans mes rêves, à voler au septième ciel, à me nourrir de mes rencontres, à vibrer dans le dépouillement, à croire que je peux par ma bonté rendre le monde meilleur et à chanter sa gloire.
Céliane Mimeault de Mont-Louis
(Publié par Philippe de Gatineau sur la page Facebook Des Chemins qui Marchent)

Comentarios

Entradas populares de este blog

Enséñame, Señor, tus caminos

Son tantos los lugares recorridos
y tantos los sueños tenidos
creyendo y afirmando
que no hay más caminos
que aquellos que marca el caminante,
que hoy mi palabra duda y teme alzarse.

Pero desde este lugar en que me encuentro,
a veces sin rumbo y perdido,
a veces cansado y roto,
a veces triste y desilusionado,
a veces como al inicio,
te susurro y suplico:

Enséñame, Señor, tus caminos;
tus caminos verdaderos,
tus caminos desvelados y ofrecidos,
seguros, limpios y fraternos,
tus caminos de gracia, brisa y vida,
tus caminos más queridos,
tus caminos de "obligado cumplimiento",
tus caminos a contracorriente
de lo que que más propaganda ofrece,
que se recorren en compañía
y nos dejan a la puerta de tu casa solariega.

Llévame por tus avenidas de paz y justicia,
por tus rotondas solidarias y humanas,
por tus autopistas de libertad y dignidad,
por tus cañadas de austeridad y pobreza,
por tus sendas de utopía y novedad,
y si es preciso, campo a través siguiendo tus huellas
y por la c…

Es mejor ser un cojo en el camino que un buen corredor fuera de él

Camina continuamente, avanza sin parar; no te pares en el camino, no retrocedas, no te desvíes. El que se para no avanza. El que añora el pasado vuelve la espalda a la meta. El que se desvía pierde la esperanza de llegar. Es mejor ser un cojo en el camino que un buen corredor fuera de él. 
San Agustín de Hipona (Sermón 169, 18)


Je suis Terre Fertile

Je suis Terre Fertile

"Le Seigneur prépare pour tous les peuples sur cette montagne, un festin de viandes grasses, un festin de bons vins" (Isaïe 25,6)

Je vous invite à ne pas partir que pour mieux rentrer en vous-mêmes. Et si même vous ne partez pas, il est possible de trouver votre terre intérieure. Qui que vous soyez, quelle que soit votre peine ou votre solitude, il y a des instants heureux pour vous : des chemins, des ruisseaux, des quartiers de votre ville, la mer qui invite à la sérénité, la montagne qui dit : "redresse-toi".   (Jean Sulivan)

Je regarde, j'écoute, je goûte et je célèbre la nature en dehors de toute notion du temps. C'est comme se laisser traverser par le temps, lâcher prise; ici, rien ne m'oblige à maîtriser le temps. Humer ces bouffées de grâce en revenant au plaisir de l'essentiel; j'aime d'être... C'est dans la contemplation et le silence que j'avance dans ma quête spirituelle et dans mon parcours vers la simp…